Journée de la terre palestinienne – Pour le droit des peuples à l’autodétermination

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

Le 30 mars 1976, l’armée israélienne a attaqué des manifestants au milieu d’une grève organisée par les Palestiniens vivant en Galilée face à une nouvelle avancée des colonies israéliennes illégales sur le territoire palestinien. Il a tué six personnes, blessé des centaines d’autres. Depuis lors, 30 mars c’est la Journée de la terre palestinienne – — le jour où les Palestiniens célèbrent cet événement dans la longue lutte pour leurs terres et contre l’occupation israélienne. C’est le jour que nous avons choisi, dans le calendrier de la 5e action internationale de la Marche mondiale des femmes, pour manifester notre solidarité et donner de la visibilité aux luttes des femmes sur leurs territoires pour le droit à l’autodétermination.

Aujourd’hui, les femmes de MMM dans des dizaines de pays vont exprimer leur solidarité et leur soutien à cette lutte menée par des femmes de nombreux peuples. Nous publions ici deux textes rédigés par des membres de notre Comité international. Ruba Odeh, de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, nous écrit depuis la Palestine occupée. Et Vania Martins, du Portugal, nous envoie une réflexion sur le droit à l’autodétermination.

Nous marchons en solidarité internationaliste avec les femmes qui résistent à la ségrégation, aux sièges, à la militarisation, à la surveillance et à la persécution politique. Nous résistons aux embargos et aux sanctions impérialistes et nous marchons pour le droit des peuples à faire entendre leur voix et à décider de leur avenir dans la paix et la démocratie.

Occupés, en quarantaine, toujours en train de se battre

Par Ruba Odeh, Comité international, Marche mondiale des femmes

This image has an empty alt attribute; its file name is Ramallah-protest-against-Deal-of-Century-1024x768.jpg
DES FEMMES PALESTINIENNES MANIFESTENT À RAMALLAH, EN CISJORDANIE, CONTRE LE « PACTE DU SIÈCLE », AVEC DES PHOTOGRAPHIES DE COMPAGNONS ARRÊTÉS PAR L’ÉTAT ISRAÉLIEN.

Le 30 mars est la Journée de la Terre Palestinienne et la date que nous avons fixée dans le calendrier de la 5ème Action Internationale de la Marche Mondiale des Femmes pour donner une visibilité à la lutte des peuples pour leur droit à l’autodétermination.

Ce jour arrive à la lumière des défis auxquels l’humanité est confrontée face à la pandémie de coronavirus, dans laquelle les politiques coloniales et les régimes néolibéraux commencent à s’effondrer en raison de leurs politiques socio-économiques brutales. Cette crise met en évidence la fragilité des systèmes de santé et le manque de protection sociale face à la militarisation du monde et à la généralisation du système de consommation centré sur les intérêts des sociétés transnationales et des États impérialistes.

La Palestine est dans un état de quarantaine obligatoire. L’occupation sioniste contrôle et enferme toujours la bande de Gaza, qui est confrontée à la possibilité d’une pandémie sans pratiquement aucun moyen de réaction, ce qui constitue un facteur aggravant de la crise.

La Journée de la Terre palestinienne a lieu cette année après que le gouvernement américain ait annoncé son plan commun avec l’occupation. Appelé « l’Accord du Siècle », cet accord confirme le déni des droits nationaux du peuple palestinien et vise à voler et à annexer de grandes parties des terres de Cisjordanie, en particulier la vallée du Jourdain. En effet, les colonies légifèrent dans ces territoires et cherchent à les annexer à la puissance occupante. Cela signifie un plus grand isolement du peuple palestinien. À Jérusalem, il existe une politique claire de nettoyage ethnique et d’interdiction de toute activité palestinienne, dans un plan clair et déclaré de judaïser la ville et de nier son identité palestinienne.

L’occupation sioniste, bien sûr, cherchera à exploiter la préoccupation mondiale de faire face à l’épidémie pour voler encore plus de terres palestiniennes et affaiblir la société palestinienne.

Ainsi, la solidarité avec le peuple palestinien à l’occasion de la Journée de la Terre doit se concentrer sur ces points :

– Solidarité avec le peuple palestinien pour la défense de sa terre

– Toutes les colonies sont illégales

– Lever le siège de la bande de Gaza

– Le peuple palestinien a le droit à la souveraineté sur sa terre

– Liberté et sécurité des prisonniers palestiniens dans les prisons d’occupation

– Renforcer le mouvement de boycott des Israéliens en tant qu’État occupant et promoteur de l’apartheid

Nous sommes conscients des conditions dans lesquelles les femmes du monde entier vivent pendant la pandémie. Les activités doivent être menées de manière à garantir la sécurité de toutes.

L’autodétermination est un droit collectif et solidaire

Par Vania Martins, Comité international de la Marche mondiale des femmes

Le 30 mars, nous célébrons la Journée de la terre palestinienne, un événement historique qui a eu lieu en 1976 lorsque les Palestiniens ont collectivement résisté à l’occupation sioniste, revendiquant leur terre et le droit à l’autodétermination.

Le droit à l’autodétermination est considéré comme un droit humain fondamental et est largement reconnu comme le droit des peuples à déterminer les différents éléments de leur gouvernement; cependant, cette perspective des droits de l’homme a permis une vision étroite de l’autodétermination en tant que liberté civile et est profondément ancrée dans la réalisation du statut d’État et de la souveraineté de l’État. Il est nécessaire d’aller au-delà de ce récit, qui est profondément lié à l’ethnicité et à la souveraineté historique et qui ne permettra que la reproduction de structures patriarcales et de relations de pouvoir, ainsi qu’une représentation politique et un accès aux ressources limités ; et de se concentrer plutôt sur les droits des communautés.

Il est nécessaire de redéfinir l’autodétermination comme un droit collectif et solidaire qui englobe le droit d’avoir une voix politique et d’influencer les processus économiques et sociaux dans lesquels vit un groupe collectif. C’est un droit qui appartient à tous les peuples, et pas seulement aux États-nations. Ce droit ne peut être exercé qu’en tenant compte de la situation des femmes et de leur statut social, politique et économique et en s’attaquant aux multiples types de violence que les femmes subissent souvent lorsqu’elles luttent pour leur autodétermination.

Nous, femmes de la Marche Mondiale, dénonçons la relation entre la lutte pour l’autodétermination et la violence subie par les femmes et les communautés du fait d’un modèle néolibéral militarisé. Le déploiement de l’armée pour renforcer la souveraineté de l’État et l’intégrité territoriale sous ses différentes formes – qu’il s’agisse d’un environnement de « paix armée » en Catalogne ou de nettoyage ethnique dans les territoires kurdes – criminalise le droit à la résistance et continue d’utiliser le corps des femmes pour réaffirmer son pouvoir. Elle crée également des types spécifiques de violence à l’égard des femmes, comme l’imposition de frontières qui séparent les communautés, le déplacement territorial forcé, la violence spirituelle et/ou religieuse comme l’imposition des religions dominantes, la destruction de lieux considérés comme sacrés et l’appropriation de terres que les populations indigènes considèrent comme sacrées, ainsi que, dans de nombreux cas, des points de contrôle pour restreindre la liberté de mouvement.

Parallèlement à ces violations des droits de l’homme et à ce nettoyage ethnique, ce modèle raciste et impérialiste s’empare des terres des peuples et les détruit, empêchant l’accès à leurs ressources. Dans de nombreux cas, l’armée et les gouvernements sont au service de sociétés transnationales ayant des intérêts économiques sur ces terres, bénéficiant d’un système capitaliste patriarcal dans lequel les femmes sont toujours la cible.

En Palestine, le brutal apartheid colonial israélien, aidé par les politiques impérialistes des États-Unis d’Amérique, continue de déployer l’armée contre le peuple palestinien tout en imposant un blocus sur la bande de Gaza, créant une crise humanitaire sans précédent, qui est exacerbée par les crises pandémiques mondiales actuelles. Elle poursuit également sa campagne contre le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), qu’elle qualifie d’antisémite, et contre le harcèlement, la surveillance et la persécution de ses militants.

Au Sahara occidental, le royaume néolibéral criminel du Maroc étend son exploitation des ressources sahariennes dans le cadre d’un accord honteux avec l’Union européenne, facilité par l’ancienne puissance coloniale de l’État espagnol, tandis que le peuple sahraoui est contraint de vivre sous une occupation violente ou de s’échapper vers les camps de réfugiés du désert algérien.

Au Kurdistan, le régime expansionniste turc poursuit son projet de nettoyage ethnique et d’accaparement des terres, aidé par la persécution politique du peuple kurde en Irak et en Iran et aggravé par la guerre civile syrienne ; tandis que l’Occident continue de classer le peuple kurde qui résiste comme un terroriste et autorise la poursuite de sa persécution et de sa surveillance.

En Papouasie occidentale, l’État indonésien poursuit sa politique d’appauvrissement forcé des communautés tout en exploitant leurs ressources, et impose des politiques racistes pour promouvoir la marginalisation des peuples indigènes tout en encourageant la migration des Indonésiens vers la Papouasie occidentale, créant ainsi des conflits et une concurrence pour les terres.

Dans l’État colonial espagnol, le Pays basque, la Catalogne et la Galice sont constamment empêchés par le gouvernement de décider pacifiquement et démocratiquement de leur avenir, et l’armée et la police ont été utilisées contre les civils et pour la surveillance de leur population.

Nous dénonçons également les outils néolibéraux, impérialistes et capitalistes tels que les blocus et les sanctions utilisés contre la souveraineté des peuples et leur droit à construire leurs propres processus politiques comme le Venezuela, Cuba, le Mali, le Yémen, la Libye ou l’Iran qui appauvrissent la population et mettent en danger la survie de leurs sociétés, en particulier avec la crise sanitaire et sociale actuelle créée par le Covid-19.

Nous exigeons la fin des sanctions, des blocus et de l’occupation et appelons à la mobilisation contre ce modèle capitaliste, impérialiste et raciste néolibéral et à la solidarité avec les peuples qui résistent dans le monde entier, qui luttent contre l’assujettissement et pour leur liberté.

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !

Nous continuerons jusqu’à ce que toutes les femmes soient libres !