Appel International Pour Mettre Fin à La Violence Contre Les Peuples de Colombie

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

Des meurtres quotidiens — la pandémie colombienne

En tant qu’organisations, plateformes, mouvements et articulations nationales, régionales et internationales, nous rejetons et dénonçons vigoureusement les assassinats systématiques et sélectifs des camarades des organisations de la campagne et de la ville en Colombie. En 2020, il y a déjà 95 dirigeants/tes et 24 ex-combattants/tes en cours de réincorporation, sans que le gouvernement colombien ou les organisations multilatérales ne donnent suite aux meurtres et massacres qui ont été perpétrés.

Depuis le 6 mars, date à laquelle le premier cas de COVID-19 est apparu en Colombie, plus de trente leaders sociaux ont été assassinés. Nous sommes solidaires et nous demandons justice pour les camarades des différentes organisations populaires colombiennes. En plus des meurtres, il y a des menaces et des attaques constantes contre les dirigeants/tes syndicaux et populaires dans toutes les régions du pays sud-américain. En plus de l’enfermement dû au COVID-19, les communautés et leurs dirigeants/tes ont été exposés à une intensification de la violence sur leurs territoires en raison de la présence de différents groupes armés, y compris les dissidents, les paramilitaires, les trafiquants de drogue et les forces publiques.

Nous rejetons de la même manière les menaces et les déplacements constants dont ont été victimes une partie de la direction et des organisations de paysans, d’indigènes, de syndicats, de mouvements urbains, de droits de l’homme, de communautés noires et de femmes.

En tant qu’organisations et plateformes de mouvements sociaux, politiques et de défense des droits de l’homme, nous avons dénoncé la situation de violation intentionnelle par l’État colombien et nous avons exigé des garanties pour l’exercice de la défense des droits de l’homme par les dirigeants des organisations paysannes, indigènes et des communautés noires dans ce pays frère des Andes.

Nous avons été témoins du caractère systématique de la violence exercée dans les territoires. Nous dénonçons qu’en Colombie, il existe une criminalisation généralisée et avec la complicité du gouvernement, historiquement exprimée par la collusion de la force publique avec les structures paramilitaires, les exécutions extrajudiciaires, la criminalisation du dirigeants/tes et le manque de volonté du gouvernement de la droite Ivan Duque dans l’accomplissement des accords signés avec l’Insurrection.

Les institutions de l’État colombien et ses dirigeants sont absolument responsables de leur manque d’engagement envers la société colombienne dans l’accomplissement de leur mandat de construire la paix et un pays de justice sociale.

En revanche, les communautés, organisations, processus et mouvements qui prennent soin de la vie dans les territoires et promeuvent un projet politique émancipateur, dans le cadre de la crise humanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus, ont travaillé de manière proactive, comme ils l’ont fait en permanence dans leur lutte historique de résistance, en organisant des réseaux de soutien à la souveraineté alimentaire et d’échange solidaire pour répondre aux besoins de leur population, sur la base de leurs pratiques et connaissances traditionnelles et ancestrales. Cependant, ils doivent faire face au siège et à la mort tous les jours.

C’est pourquoi nous exigeons que les attaques et les menaces à la vie des gens cessent. Le gouvernement et les institutions compétentes doivent fournir des garanties pour une vie digne ; que les accords de paix signés en 2016 entre l’État colombien et l’insurrection des FARC-EP soient pleinement appliqués, qui comprennent des mécanismes d’accompagnement et de vérification, en collaboration avec les organisations internationales, et qui ont conçu des mécanismes de protection spéciale pour les personnes dont les droits ont été violés et qui ont été victimes de déplacements forcés ; que les processus de paix nécessaires avec les autres insurgés colombiens soient avancés ; et qu’un démantèlement réel et efficace des groupes paramilitaires et de leurs multiples factions qui sont en opération permanente soit effectué. Il est temps de démilitariser les territoires, de protéger et de rétablir des garanties pour l’exercice des droits de l’homme. Dans le contexte de cette crise et de la vulnérabilité de la population, l’État doit agir de toute urgence pour trouver des solutions pour la population et mettre en place des mécanismes de protection.

Nous lançons un appel international à tous les mouvements et organisations sociaux, de droits de l’homme, populaires, environnementaux, de travailleurs et de femmes dans les Amériques et au-delà pour qu’ils fassent une déclaration sur ces événements et mènent des actions pour vérifier et enquêter sur la grave situation des peuples. Et à travers la dénonciation, exiger que le gouvernement colombien assume sa responsabilité et son engagement pour la paix en Colombie.

Nous envoyons toute notre solidarité internationaliste aux mouvements et organisations colombiennes.

Journée continentale pour la démocratie et contre le néolibéralisme
ALBA Movimientos
Amigos de la Tierra América Latina y el Caribe – ATALC
Central Única dos Trabalhadores – CUT Brasil
Confederación Sindical de Trabajadoras/es de las Américas – CSA
Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo – CLOC Vía Campesina
Grassroots Global Justice Alliance – GGJ
Jubileo Sur Américas – JSA
Marcha Mundial de las Mujeres – MMM
Movimiento de Afectadas/os por Represas en América Latina – MAR
PIT – CNT Uruguay

Voir d’autres signatures ici: https://seguimosenlucha.org/