Arrêtez les ravages de Cabo Delgado

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

En juin, la Marche mondiale des femmes a signé avec des dizaines d’organisations partenaires une lettre demandant aux sociétés transnationales de mettre fin aux ravages de Cabo Delgado, la province la plus septentrionale du Mozambique. L’industrie gazière cause des ravages à Cabo Delgado, avec des communautés affamées et sans terre, avant même que le gaz n’ait été extrait. La lettre décrit ce qui se passe là-bas.

« Les sociétés transnationales de combustibles fossiles, les entrepreneurs, les financiers privés, les sociétés de conseil en matière de risques ainsi que le gouvernement du Mozambique sont en train de tourner la roue de cette industrie. Tous sont complices. Les sociétés transnationales de combustibles fossiles se targuent du ‘développement’ et de l »amélioration’ que l’industrie du gaz apportera au Mozambique. Elles parlent des 150 billions de pieds cubes de gaz qui ont été découverts et disent qu’elles en cherchent d’autres. Mais les promesses qu’ils ont faites aux communautés de Cabo Delgado – fournir des emplois à des milliers de personnes, des compensations foncières pour continuer à cultiver la terre et maintenir les moyens de subsistance, une meilleure éducation et des soins de santé pour les populations grâce aux revenus que le gouvernement reçoit – ces promesses n’ont pas été tenues et les impacts dépasseront de loin les bénéfices, présents et futurs.

« Au lieu de cela, la province s’enfonce dans la ruine et la présence des sociétés transnationales n’est que préjudiciable. L’investissement étranger n’est pas impératif pour des pays en développement comme le Mozambique. L’histoire a montré que les investissements étrangers dans les combustibles fossiles n’aident guère les pays pauvres à se développer, ils sont plus souvent préjudiciables. Le Mozambique accueille une industrie extractive internationale depuis des années, mais seul un tiers du pays a accès à l’électricité. En 2018, le Mozambique était classé 180e sur 189 selon l’indice de développement humain (IDH) ».

La lettre décrit également les attaques brutales des insurgés et des extrémistes qui ont dévasté des communautés entières à Cabo Delgado, sans qu’aucune fin ne soit en vue, et le déplacement de plus de 100 000 personnes en raison du conflit. L’extrémisme est alimenté en partie par la colère des jeunes face au chômage de masse, à l’accaparement des terres, à la perte des moyens de subsistance et à l’oppression. Et les forces militaires du gouvernement, exigées par les sociétés transnationales, protègent l’industrie du gaz et non les peuples. De nombreux journalistes travaillant à Cabo Delgado, en particulier ceux de la région gazière, ont été arrêtés ou détenus sans inculpation au cours des deux dernières années, parfois pendant des mois. Le journaliste Ibrahimo Abu Mbaruco, est porté disparu depuis le 7 avril. M. Selemane, de Palma, a été enlevé le 20 mai 2020, 24 heures après avoir dénoncé les mauvais traitements et la brutalité des militaires dans la région.

Les demandes concernant les droits des personnes et les règles pour les entreprises ont été envoyées aux sociétés transnationales ayant des activités à Cabo Delgado: Total, ExxonMobil, Shell, Eni, Galp, HSBC, Standard Bank, United States International Development Finance Corporation. Elles ont également été envoyées au gouvernement du Mozambique, qui soutient ces sociétés et les agences financières.

La Marche mondiale des femmes est solidaire des peuples et s’oppose au pouvoir et à l’impunité des sociétés transnationales, agents de violations des droits de l’homme, de déplacements de populations de leurs territoires, de spoliation des ressources naturelles et de destruction de l’environnement.

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !