Méxique

Date: April 24, 2020
Location: Méxique
Type of action: Action en ligne

La Marche mondiale des femmes au Mexique a appelé à une réunion virtuelle à midi pour rejoindre les 24 heures de solidarité féministe, dans un contexte de contingence due à la pandémie. Des camarades de différentes villes du Mexique et de diverses organisations y ont participé. Ils ont déclaré que la pandémie actuelle ne concerne pas la « nature » qui se défend. Le système capitaliste, colonialiste et patriarcal est à l’origine des inégalités qui deviennent de plus en plus évidentes à l’heure actuelle. L’extractivisme n’a pas cessé, le féminicide n’a pas cessé. Les femmes ne sont pas en sécurité dans nos foyers.

La pandémie ne nous affecte pas de la même manière, et bien que de nombreuses personnes souhaitent « rester à la maison », dans de nombreux cas, la subsistance quotidienne dépend de la possibilité de sortir. Les femmes ont toujours des emplois informels et précaires. Nous soutenons l’économie grâce à notre travail, souvent méconnu. Les grandes transnationales font passer les profits avant la vie. Nous, par contre, nous mettons la vie au centre. Face à l’autoritarisme, à la militarisation, à la répression et au chacun pour soi, nous affirmons que la sortie de crise doit être collective et inclusive.

Elles ont également parlé de l’économie féministe comme d’une réponse à la crise, car elle donne la priorité à la durabilité de la vie et considère que nous sommes interdépendants entre nous et avec la nature. Ce sont des alternatives qui existent déjà, qui sont en cours, et que nous devons multiplier et relier à l’heure actuelle. Par exemple, les paysannes organisées sur le marché de Flor de Luna, qui défendent la souveraineté alimentaire et le tissu communautaire. Ou encore la campagne « Ensemble, nous en faisons plus », créée lors de la rencontre des femmes défenseurs : tisser des histoires et des territoires. A partir de là, on encourage les processus de communication qui renforcent les sujets politiques, en rendant visibles les histoires de diverses voix que le système veut rendre invisibles. Ils ont également rappelé l’importance d’avoir des alliés qui amplifient nos messages, tels que des espaces de presse féministes, autonomes et de mouvements sociaux.

#SolidaritéFéministe #24hSolidaritéFéministe #MMFenAction2020

Le Mozambique, le Venezuela, les États-Unis, le Québec, la Macédoine, le Portugal, la Galice et le Zimbabwe y ont participé. Consultez les profils de la Marcha sur Facebook, Twitter, Instagram et Youtube. Nous publierons également les informations ici prochainement ! Et nous allons compléter celui des pays qui nous ont envoyé plus de contenu après les activités !