Palestine

Date: April 24, 2020
Location: Palestine
Type of action: Action en ligne

Les coordinatrices de la Marche mondiale des femmes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ont publié aujourd’hui une déclaration « Contre l’épidémie de coronavirus et contre l’épidémie capitaliste, nous continuerons à lutter et nous allons gagner ». Elles se souviennent de Rana Plaza, parlent de la précarité du travail, de l’exposition des travailleuses à la pandémie de coronavirus, de la violence contre les femmes et de la propagation de covid-19 aux prisonniers politiques dans les prisons de la région.

Les femmes de la MMF au Maroc, en Tunisie, en Palestine, en Irak, au Liban et au Kurdistan nous disent qu’elles se mobilisent pour la 5ème Action Internationale et saluent les femmes du monde, y compris les travailleuses dans leur lutte continue contre le capitalisme, l’impérialisme, l’occupation, la violence, la discrimination et la persécution politique. Elles confirment leur combat pour les objectifs fixés par la Marche mondiale des femmes lors de sa dernière réunion internationale en octobre 2018, sur la base des principes et des valeurs de la Charte des femmes pour l’humanité. Et constatent que les politiques économiques et sociales de leurs pays sont une source de pauvreté, de faim, de chômage, d’analphabétisme et de violence contre les femmes. « Les femmes luttent en marge des villes et des cités pour le droit à la terre et à l’eau, pour l’accès au droit à l’éducation, à la santé et au travail afin de vivre dans la dignité, les travailleuses luttent contre l’exploitation, le conservatisme et la domination patriarcale. »

Elles saluent les prisonniers politiques des régimes autoritaires de la région, Palestiniens, Kurdes et Marocains, et demandent leur libération. Enfin, les compagnes saluent toutes les peuples désireux d’être libres, dans leur lutte contre la mondialisation, le sionisme et l’impérialisme américain, qui sont destructrices des droits de l’homme. Et elles répudient les guerres impériales, surtout françaises, pour piller les richesses de l’Afrique et violer le droit des peuples à décider de leur destin.

Outre la déclaration, ils ont publié des messages de sœurs de la région MENA et organisé une réunion en ligne avec les pays qui en font partie.