Femmes dans les rues : lancement de la 5e Action Internationale

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

Lors du lancement de la 5ème Action Internationale de la Marche Mondiale des Femmes, le 8 mars, Journée internationale de la lutte des femmes, nous avons exprimé notre position politique face au moment actuel avec le slogan Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer ! Nous résistons à l’attaque du capital contre la vie, à l’augmentation du conservatisme et de l’autoritarisme dans différentes parties du monde.

Nous résistons à l’offensive néolibérale et conservatrice qui attaque la vie et le travail des femmes et des pauvres. Nous résistons à la militarisation des corps, des vies et des territoires ; nous promouvons les luttes anticapitalistes et anti-impérialistes ; nous dénonçons la persécution des migrants. Nous faisons face au pouvoir des sociétés transnationales, agents directs du capital et des alliés des élites des États, qui avancent sur les territoires et monopolisent, contrôlent et privatisent la terre, transforment la nature en marchandise et contaminent l’eau, la nourriture et nos corps.

Logo 5a Action Internationale

Nous marchons pour transformer nos vies et changer le monde. Nous proposons et construisons d’autres façons d’organiser l’économie, en plaçant la durabilité de la vie au centre. A partir de nos pratiques, nous construisons une agroécologie féministe, articulée avec les luttes pour la justice climatique et la souveraineté alimentaire. Nous marchons pour transformer l’organisation du pouvoir, construisant par le bas la remise en cause des hiérarchies et des autoritarismes des États au service des élites.

Nous marchons contre le racisme, pour une société sans murs et pour l’autodétermination des peuples, en construisant un féminisme internationaliste, populaire et militant dans la vie quotidienne. Nous continuons à apprendre des peuples autochtones des façons de penser et de ressentir le monde qui soutiennent la vie en communauté et cultivent la joie dans la résistance. Nous marchons avec nos corps, nos voix, nos rythmes et notre créativité, renversant les impositions néolibérales sur nos subjectivités et nos modes de vie.

En 2020, notre trajectoire fête ses 20 ans. « La Marche Mondiale des Femmes est née d’une action de femmes qui se sont réunies, partout dans le monde, pour lutter contre le néolibéralisme », explique Graça Samo, coordinatrice du Secrétariat international de la Marche et participante au Forum Mulher, au Mozambique. Avec un mouvement mondial organisé, nous contribuons à repositionner le féminisme et affirmons que changer la vie des femmes et changer le monde n’est possible que collectivement et en mouvement, plaçant la réalité concrète des femmes dans l’espace public. Avec d’autres mouvements sociaux, nous montrons qu’un autre monde est possible. Nous faisons face au libre-échange, aux transnationales et au pillage qu’ils opèrent dans le monde.

Les mobilisations du 8 mars 2020 ont été immenses et le mouvement féministe international est beaucoup plus grand et plus puissant qu’il y a 20 ans. Nous faisons partie de cette trajectoire. C’est pourquoi, lors du lancement de la 5ème Action Internationale, nous avons marqué notre histoire de mobilisation, de construction de propositions de manière conjointe et articulée. Nous ne séparons pas le débat de l’action : notre mémoire de plusieurs décennies et nos processus collectifs sont notre force. « Notre solidarité internationaliste est basée sur le féminisme qui résiste au capitalisme raciste et patriarcal », dit Nalu Farias, membre du Comité International de la Marche et de la Sempreviva Feminist Organization, au Brésil.

Araña Feminista, MMF Venezuela, Mars 8 2020

Nous sommes des femmes diverses, de peuples, d’ethnies et d’âges différents. À l’occasion de la journée internationale des femmes, les activités de la Marche ont été marquées par cette diversité et guidées par l’appel de notre 5ème Action Internationale. Au Venezuela, Araña Feminista a rejoint le rassemblement du 8 mars, organisé conjointement avec d’autres mouvements. Dans le discours de la Marche Mondiale des Femmes, des extraits de notre appel à la 5ème Action Internationale ont été lus. « Je me suis efforcé de préciser que, bien que les contextes soient différents, les femmes du monde entier résistent aux mêmes forces », explique Alejandra Laprea, militante d’Araña Feminista et MMF au Venezuela. « Nous résistons tous au même système qui, avec une intensité différente et peut-être des masques différents, fonctionne à la fois au Venezuela bloqué et sur les femmes pauvres aux États-Unis, ou bien sur les femmes sahariennes. De même, il soumet des femmes des pays africains et des femmes pauvres doublement invisibles dans les pays d’Europe, où ils ne sont pas censés exister. »

MMF Quebec, action de visibilité dans la semaine du 8 mars

En exigeant une rémunération équitable des travailleuses, MMF Québec a donné de la visibilité à ces femmes pauvres sur son territoire. Le 6 mars, la coordination de la Marche au Québec a officiellement remis à la ministre responsable de la condition féminine, Isabelle Charest, une demande concrète de pleine reconnaissance du travail des femmes, le salaire minimum étant porté à $ 15 l’heure. En une semaine d’actions pour donner de la visibilité à notre lutte, elle s’est également manifestée en faveur des immigrées et contre le patriarcat, le racisme et le colonialisme.

WMW Chile, en préparation du rassemblement du 8 mars

En Chili, avec la répression quotidienne, descentes, arrestations arbitraires, violation de la libre circulation et du droit à l’information, pour la deuxième année, la convocation du 8 mars a eu lieu collectivement, par de nombreux mouvements, et a attiré une immense foule dans les rues . « La chose la plus importante de l’appel collectif est que les femmes et les féministes se sont réunies pour dire que nous ne voulons plus d’oppression et d’inégalité dans le cadre de cette politique néolibérale répressive patriarcale, coloniale et raciste. Nous étions des milliers à crier des slogans de classe et libertaires, parce que c’étaient des femmes des villages, des travailleuses, des paysannes, des indigènes et de l’art et de la culture qui ont exprimé leur rejet de ce système d’extraction et de prédation des biens naturels », a déclaré Mafalda Galdamez, du Chili, membre du Comité international du MMF et d’Anamuri.

Bolivia: « Nous résistons au coup d’État raciste et néolibéral ». 8 mars 2020

En Bolivie, une mobilisation sans précédent le 8 mars a réuni une grande diversité de femmes déterminées à résister au coup d’État néolibéral, violent et raciste en cours. « Nous continuons de lutter contre la discrimination, contre la haine des Indiens, de la pollera (la jupe traditionnelle des femmes autochtones), des ouvrières, des pauvres et des femmes », disent nos compagnes.

Philippines : « Sécurité humaine signifie l’absence de violence, que ce soit de l’État ou la fondée sur le genre. »

Aux Philippines, début février, le gouvernement de Rodrigo Duterte a adopté une loi antiterroriste qui étend la répression contre les mouvements sociaux. Comme au Chili, El Salvador, Pakistan, les gouvernements officiellement démocratiques continuent de prendre des décisions qui portent atteinte au droit du peuple à s’organiser. Dans la ville de Quezon, MMF a fait une manifestation pour montrer que cela ne signifie pas une plus grande sécurité pour la population. « Pour nous, la sécurité humaine signifie l’absence de violence, que ce soit de l’État ou la fondée sur le genre. La sécurité signifie la nourriture sur nos tables, des emplois et des salaires sûrs, la valorisation du travail des femmes, une éducation accessible et de qualité, des territoires autochtones sans exploitation, la durabilité de la vie, pas la commercialisation des services publics, de la nature et de nos corps ! », ont déclaré les compagnes.

Pakistan 8 March 2020, en faisant descendre dans la rue le pouvoir des femmes.

L’antiféminisme fait partie de cette offensive autoritaire à laquelle nous résistons. Au Pakistan, malgré les menaces de la droite et les tentatives d’empêcher les manifestations devant les tribunaux, des manifestations ont eu lieu dans les grandes villes. Lors de la manifestation de Lahore, à laquelle a participé la Marche Mondiale des Femmes, 5 mil femmes ont occupé Egerton Road pendant plus de quatre heures – et la 5ème Action Internationale a été lancée. « Ce fut une belle manifestation et une démonstration du pouvoir des femmes », explique Bushra Kaliq, membre du Comité international de MMF et Wise (Women in Struggle for Empowerment). Des slogans à haute voix, des discours, des représentations théâtrales et des chansons féministes étaient les marques de l’acte. Avec l’élan croissant de la mobilisation des femmes, les ordres religieux et ultra-conservateurs du Pakistan sont agités et menacent les militantes. À Lahore et à Islamabad, les forces religieuses ont organisé des contre-manifestations, avec des femmes en burqa et des affiches avec des slogans antiféministes comme « Notre corps, le choix de Dieu ». Là, comme dans d’autres pays, notre réponse est la lutte.

Brazil, March 8. Brésil : « Les femmes contre Bolsonaro »

Au Brésil, l’action a été lancée dans 17 états et MMF a condensé la devise de l’action dans le slogan « Fora Bolsonaro ». Les femmes identifient que ce gouvernement néolibéral, misogyne et raciste met en œuvre une politique de mort, de destruction de politiques publiques inclusives, de louange pour le machisme et d’attaques contre les défenseurs des droits. Les lancements ont été marqués par des batucadas [tambourinades], la reprise de l’histoire de la MMF et la présentation du sens politique de cette action ; ont aussi démontrés les propositions que les femmes ont construites pour transformer la vie et l’économie, comme l’agroécologie. Dans de nombreuses villes, le lancement s’est accompagné de l’organisation de grandes mobilisations convoquées de manière unitaire par les mouvements sociaux.

Mexico, Guadalajara, Mars 8 2020. Une mobilisation historique dans la ville.

À Guadalajara, au Mexique, la manifestation a été historique : 35 mil femmes sont descendues dans les rues, nous disent nos compagnes, quelque chose de sans précédent dans la ville, pour tout mouvement social. La tambourinade de la MMF a pris part à la manifestation – tout comme il sonnait dans les rues du Salvador, de la France, du Honduras et du Brésil. Carmen Díaz Alba, militante de la MMF, a parlé à la communauté universitaire du mouvement, quelques jours plus tôt. Elle a souligné qu’il s’agit d’un féminisme en marche. « Nous soulignons ce que nous ne voulons pas dans nos vies mais aussi ce que nous voulons. Et nous agissons pour construire cette alternative. Nous identifions les femmes comme des sujets de changement social », a-t-elle déclaré. Elle a aussi souligné que l’une des réalisations les plus importantes de la MMF est l’alliance avec d’autres mouvements sociaux auxquels les femmes participent et le fait de mener des actions articulées dans les sphères locales jusqu’à générer des impacts transnationaux.

Guatemala, Mars 8 2020.

Nous luttons contre la violence en tant que problème structurel, mis en évidence par différentes causes et expressions. Un exemple est l’État du Guatemala qui, comme d’autres États, devrait garantir les droits de l’homme mais a intensifié la répression et la criminalisation. Dans cette perspective, « nous invitons les jeunes femmes, les communautés et la population à s’indigner, à s’organiser, à s’exprimer et à descendre dans la rue en solidarité, à exprimer leur engagement dans une société qui prend soin de la vie et exige une tolérance zéro pour violence, appauvrissement et dépossession de nos territoires « , a déclaré la MMF le 8 mars.

Tegucigalpa, Honduras, Mars 8 2020.

Le Brésil, le Mexique, l’Argentine, le Honduras, El Salvador, le Guatemala et la Bolivie sont les pays les plus dangereux pour les femmes et les Amériques sont la deuxième région la plus dangereuse du monde pour les femmes. Au Honduras, l’Assemblée des Femmes combattantes s’est manifestée avec le slogan « Plus de féminicide, la vie des femmes compte ! ». Justice pour toutes les femmes, ont déclaré nos compagnes. Dénonçant la violence politique, la Marche a célébré la mémoire et a appelé à la justice pour les combattantes comme Berta Cáceres, une militante assassinée en 2016 au Honduras, et Marielle Franco, assassinée en 2018 au Brésil. Depuis les camps de réfugiés sahraouis, les femmes sahraouies ont manifesté contre les atteintes aux droits humains dans les territoires occupés du Sahara occidental. Ils ont exprimé leur solidarité et leur soutien aux sœurs des territoires occupés, à commencer par la militante détenue Mahfuda Bomba Lefkir, arrêtée arbitrairement pour avoir exprimé son droit à la liberté et à la dignité de son peuple.

Camps de réfugiés sahraouis, Mars 8 2020.

C’est pour la vie des femmes. Au El Salvador, les camarades de la Marche ont participé aux manifestations du mouvement féministe. Dans les rues, elles ont dénoncé la régression de réalisations importantes du mouvement féministe avec les coupes opérées par le gouvernement de Nayib Bukele, qui ont réduit le budget de programmes tels que ceux de lutte contre les violences faites aux femmes. Elles ont également exigé la dépénalisation de l’avortement dans des conditions spéciales. Comme dans d’autres pays, au Salvador la loi condamne des milliers de femmes et de filles à des grossesses à haut risque et emprisonne des dizaines de femmes à faible revenu. La demande concerne l’approbation de l’avortement dans des conditions spéciales et la libération des femmes en prison. Les manifestations ont également dénoncé la tentative de coup d’État en février, l’augmentation de la militarisation et des persécutions politiques par le gouvernement de Bukele, au mépris des accords de paix de 1992. Elles savent que, dans les régimes autoritaires, les femmes sont les premières à souffrir. Au lieu de la militarisation, ils demandent des opportunités d’emploi, des salaires et des pensions décents et une société sans violence.

El Salvador, Mars 8 2020.
Macronorte Peru, Mars 8 2020.

Au Pérou, il y a eu des manifestations à Lima et dans plusieurs autres villes, les mobilisations ont augmenté et ont compté sur la participation de nombreuses jeunes femmes – comme dans d’autres pays, de nouvelles générations de femmes féministes se joignent à la lutte. Les femmes de la MMF Macronorte Pérou se sont mobilisées pour dénoncer les progrès des entreprises transnationales contre les biens communs, un des thèmes centraux de notre action internationale. Elles traitaient de l’accès à l’eau, un bien commun utilisé par les entreprises au détriment des populations, également dans d’autres territoires : au Chili, la privatisation de l’eau est l’une des causes des mobilisations populaires intervenues depuis 2019. Au Pérou, les sociétés minières contaminent les réserves nécessaires à l’approvisionnement des gens. « Nous, les femmes, nous continuons la lutte. Nous faisons face au système 24 heures sur 24, car nous sommes en danger constant, à la fois dans la rue et à la maison, étant une offre au féroce néolibéralisme patriarcal. (…) », était la déclaration des camarades, qui disent « non » aux « activités extractives, a l’agro-industrie, au fondamentalisme religieux et aux sociétés transnationales dans nos territoires et dans nos vies ».

Mozambique, Mars 8 2020.

Dans la ville de Maputo, au Mozambique, la justice climatique – la lutte pour que les sociétés transnationales et les banques qui dévorent la planète rendent compte de l’impact de leurs activités sur les travailleurs et les pauvres, les paysans et les peuples autochtones – a été l’un des thèmes de la manifestation organisée par la MMF. Au Bangladesh, en Belgique, au Bénin, en Suisse, au Pays Basque, en Galice, en Catalogne et aux États-Unis, les femmes de la Marche ont mené des mobilisations et activités de lancement pour la 5ème Action.

Dans Nouvelle-Calédonie, le lancement de la 5ème Action a été menée à la veille d’une consultation populaire sur le statut du pays par rapport à la France.

Au Monte-Dor, Nouvelle-Calédonie, le lancement de la 5ème Action a été menée à la veille d’une consultation populaire sur le statut du pays par rapport à la France. “ L’économie néolibérale incontrôlée et le système colonial se nourrissent de la domination patriarcale, raciste, impérialiste. Il est essentiel de développer notre résistance à inverser les inégalités. Ici, nous questionnons la place, le statut et les droits des femmes dans le projet constitutionnel de notre ‘Nation’, à la veille d’un référendum sur l’avenir de notre pays », précise Françoise Caillard, du Comité International de la MMF et de l’association MWA Ni JE.

KENYA, Femmes prêtes à vaincre le patriarcat.

Au Kenya, en plus des activités dans les communautés de Mombasa et Nairobi, un match de football a été organisé pour célébrer nos luttes. Un match féministe, avec des femmes prêtes à vaincre le patriarcat. Voir un compte rendu des actions et activités dans le monde sur les pages de la Marche Mondiale des Femmes et ses réseaux sociaux.

Cela ne fait que trois semaines depuis la journée internationale de la lutte des femmes, qui a fait descendre des millions de personnes dans les rues. Aujourd’hui, un nombre croissant de femmes vivent et dénoncent le risque de coronavirus et tout ce que la pandémie ouvre sur le capitalisme autoritaire et néolibéral : le manque d’investissements dans la santé publique, l’inégalité qui oblige les femmes à travailler à risque ou à perdre leurs revenus, la violence des États qui prennent désormais des mesures restrictives pour des raisons sanitaires, mais ajoutent au paquet des initiatives de contrôle et répression des populations. On assiste au transfert répété de richesses aux oligarchies, au lieu de leur distribution et de la protection de la majorité des populations. Et la violence domestique qui menace désormais les femmes fermées à la maison d’agresseurs potentiels. Nous avons de nouveaux défis dans notre lutte pour la valorisation et la durabilité de la vie, pour les services de santé publique, pour la reconnaissance du travail de soins, ainsi que le partage de ce travail à travers la société, pour une véritable démocratie.

France, Batucafam.

Nous continuons la lutte pour un monde dans lequel la vie est au centre. Une vie qui vaut la peine d’être vécue. Par conséquent, nous enregistrons ici notre combat et le début de notre 5ème Action Internationale. Comme le dit nos camarades de la Marche en France : « Le 8 mars ne doit pas être un jour sans demain. Grâce aux mobilisations des féministes, en France et à l’international, cette journée de manifestations est un moment privilégié de visibilité pour la pérennité des luttes. La lutte des femmes est une force qui a été présente tout au long de l’histoire et dans notre vie quotidienne. Elle porte le sceau de la rébellion et des rêves ». Nous continuons à agir pour construire une société avec les valeurs de solidarité, liberté, égalité, paix, justice, qui respecte nos vies et la planète.

En 2000, lorsque nous nous dressons contre le néolibéralisme avec des gens du monde entier, dans des groupes de femmes de la base de différents pays et territoires, nous avons créé une plate-forme pour lutter contre les causes de la pauvreté et de la violence basée sur le genre. En 2005, des groupes de la Marche ont rédigé la Charte mundial des femmes pour l’humanité, qui présentait les cinq valeurs pour le monde que nous voulons construire : la paix, la liberté, la justice, la solidarité, l’égalité. Une grande courtepointe a été tissée collectivement, par les mains des femmes de chaque pays et territoire où nous sommes organisés, pratiquant la solidarité féministe internationale et montrant la force des femmes en mouvement. En 2010, nous avons lancé le slogan qui résonne dans la rue jusqu’à aujourd’hui : « Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche ! ». En 2015, la stratégie de la 4ème Action Internationale était de renforcer la résistance à l’avancée des capitaux sur nos territoires, nos corps, notre travail, notre lieu de vie et d’action. La date suivante sur le calendrier de la 5ème Action International était 30 mars, jour de la Terre Palestinienne, lorsque nous réaliserons des activités et des manifestations en solidarité avec les luttes des femmes palestiniennes, kurdes, cachemiriennes, sahraouies, basques et catalanes, ainsi que tant d’autres à travers le monde qui se battent pour le droit à l’autodétermination, contre la militarisation et la guerre. Voir ici les autres dates de notre calendrier.

Belgique, Mars 8 2020.

Nos actions internationales ont été, depuis les 2000, des moments de mobilisation, reliant nos processus et nos luttes à la force mondiale du féminisme en mouvement et à notre propre mémoire et force. Ce sont des moments de construction et d’expression de nos synthèses politiques, lorsque nous nous articulons aux niveaux local, régional et international et présentons nos réclamations, propositions, actions. L’information de nos camarades sur chaque territoire nous montrent, une fois de plus, que nous sommes fortes lorsque nous marchons ensemble. En regardant le mouvement des femmes dans le monde, nous reconnaissons nos symboles, notre identité politique et la nécessité de continuer à construire la Marche mondiale des femmes, ce mouvement permanent et en lutte : féministe, anticapitaliste et antiraciste.

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !

#MMFenAction2020