La lutte des femmes au kurdistan

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

Le système capitaliste, qui prospère grâce à la destruction et à l’exploitation écologiques, s’efforce de transformer le processus de la pandémie de Covid-19 en une occasion de s’extraire de son flux descendant aux multiples facettes dans le monde entier. En tant que femmes de la région Middle East and North Africa (MENA), tout en travaillant dur pour trouver des moyens de nous protéger et de protéger nos sociétés contre cette pandémie, nous menons également des luttes contre la guerre, les problèmes de déplacement et d’immigration et la violence contre les femmes d’une part, et nous construisons une solidarité qui transcende les frontières d’autre part pour consolider nos luttes.

En Turquie, le gouvernement fasciste AKP-MHP [alliance électorale en Turquie, établie en février 2018 entre le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir et le Parti du mouvement nationaliste (MHP) dans l’opposition] utilise la pandémie comme une opportunité pour renforcer sa mainmise affaiblie sur le pouvoir. Sous le prétexte de la pandémie, il a confisqué tous les droits de la société afin de couvrir les lacunes de ses politiques de santé et l’économie en ruine ; il étouffe le pays avec ses politiques d’isolement. La mentalité moniste dominante masculine a porté au plus haut niveau les opérations politiques et militaires de génocide contre les Kurdes, les femmes et les forces démocratiques tout en intensifiant les politiques de violence politique, sociale et économique.

Le gouvernement fasciste AKP-MHP a adopté un mode de gouvernement basé sur la répression de toute objection avec des menaces de détention et d’arrestation, et sur l’intimidation des personnes et des institutions opposées qui soulèvent et luttent pour résoudre les nombreux problèmes du pays comme les droits, la justice, l’économie qui s’aggravent chaque jour. Par des politiques de guerre qu’ils n’ont pas suspendues même en temps de pandémie, ils ont essayé de dévaster la géographie du Kurdistan ; ils ont nommé des administrateurs aux municipalités et révoqué le mandat des députés dans une tentative de confisquer le pouvoir de la volonté du peuple dans sa totalité.

Ce système basé sur une mentalité strictement moniste et masculine dominante a fait des femmes une cible privilégiée qui a manifesté la volonté de résister et de lutter contre toutes les manifestations de sa politique barbare ; il a brutalement attaqué toutes les institutions, associations et domaines spécifiques créés par les femmes. Les associations et les centres engagés dans la lutte pour affronter, construire l’autodéfense et prendre des mesures pour éliminer la violence contre les femmes sont fermés et des centaines de militantes sont envoyées en prison.

Lors de la déclaration de l’état d’urgence en Turquie en 2016, des dizaines d’institutions pour femmes et de centres de solidarité avec les femmes ont été fermés par le régime. Après trois années difficiles, l’Association Rosa de femmes, qui se concentre sur les droits des femmes et la lutte contre la violence à l’égard des femmes, a été ouverte à Amed (Diyarbakır) l’année dernière pour offrir un répit aux femmes. Les activistes et les cadres de l’Association Rosa et de Tevgera Jinên Azad (TJA) ont été arrêtés et détenus lors de descentes de police à minuit le mois dernier. 18 femmes – dont Gülcihan Şimşek, membre de TJA et déléguée de la Marche mondiale des femmes – ont été arrêtées. Le 26 juin, les délégués du Congrès de la société démocratique ont été arrêtés ; beaucoup d’entre eux étaient des femmes. Parmi elles se trouvaient les mères de la paix Makbule Erbey et Havva Kıran, toutes deux dans le groupe à risque de pandémie – elles ont 70 ans. La police a fait une descente au domicile de Rojbin Çetin, militante de la TJA, et l’a soumise à des violences sexuelles et physiques ainsi qu’à la torture pendant trois heures et demie dans sa propre maison, ce qui a poussé les chiens policiers à l’attaquer. Ces tortures ont été documentées par ses avocats avec des photos et rendues publiques.

Pendant la pandémie en Turquie, on a constaté une augmentation de 80 % de la violence physique, 93 % de la violence psychologique et 78 % de la demande d’hébergement. Malgré cela, les hommes qui ont commis des crimes sexuels et des violences domestiques sont libérés et renvoyés chez eux pour commettre de nouveaux crimes sur la base d’une amnistie dite pandémique qui inclut tous les prisonniers sauf les prisonniers politiques et les meurtriers.

La Turquie est l’un des premiers signataires de la Convention d’Istanbul, et pourtant la Convention d’Istanbul est maintenant attaquée par le gouvernement lui-même. Le vice-président de l’AKP a ouvertement déclaré : « La signature de cette convention était une erreur. Nous pouvons et nous allons révoquer notre signature comme nous l’avons fait ». Ce discours, cette attitude hostile envers les femmes de la part de ceux qui occupent des postes d’autorité politique sert d’invitation ouverte à encourager les crimes contre les femmes.

Le gouvernement profite de la pandémie pour tenter une nouvelle fois d’abaisser l’âge du mariage à 13 ans et d’adopter une loi permettant de marier les petites filles avec les hommes qui les ont abusées sexuellement. Des foules de femmes se sont levées en signe de protestation et les ont obligées à révoquer leurs propositions à cet effet à deux reprises auparavant.

Le fardeau de l’impact économique de la pandémie a été mis sur les épaules des femmes. La politique consistant à poursuivre la production sans interruption à tout prix au nom de la « stabilité économique », que l’on doit lire comme étant au nom du marché capitaliste et du profit, a entraîné l’exploitation de lieux de fabrication non autorisés et illicites sans aucune mesure contre la pandémie. Les femmes, considérées comme une main-d’œuvre bon marché, constituent une part importante de la main-d’œuvre dans ces lieux et elles ont été contraintes de travailler dans les pires conditions, sans aucune sécurité sociale ou physique. Dans d’autres endroits, les femmes ont été forcées de prendre des congés sans solde et ont été confrontées à la menace d’un licenciement. Compte tenu de l’incertitude quant à la durée de la pandémie, il est évident que ces problèmes deviendront plus vitrioliques pour les femmes. En outre, des rapports mondiaux indiquent une augmentation de la violence contre les femmes avec l’enfermement dans les maisons.

En tant que militants de la TJA, nous continuons à intensifier la lutte des femmes par la résistance contre le système fasciste au milieu d’attaques contre les femmes systématiquement concoctées de la manière la plus sombre et la plus réactionnaire.

A travers notre campagne « Stand up for Change and Transformation », nous nous sommes engagés dans une lutte multidimensionnelle contre la famille patriarcale, la société patriarcale et l’Etat patriarcal. Avec notre campagne « La lutte des femmes est partout », nous visons à mettre en lumière et à intensifier la lutte organisée des femmes dans les domaines politique, social, culturel, écologique, de la santé, de l’éducation, du droit, des collectivités locales contre les politiques sexistes, racistes, militaristes et d’exploitation de la religion de l’État.

Contre les administrateurs nommés par l’État dans nos municipalités, nous avons lancé notre campagne « Le système de coprésidence est notre ligne violette » et nous nous sommes donné pour priorité d’atteindre des milliers de femmes et de nous organiser pour faire face aux attaques de l’État contre le droit des femmes d’élire et d’être élues, et de continuer à nous efforcer de construire un système démocratique et équitable fondé sur le point de vue des femmes.

Notre campagne « Le massacre des femmes est politique », « Où est Gülistan Doku » concernant la disparition de Gülistan Doku à Dersim depuis le 5 janvier 2020 s’est transformée en une campagne nationale. La campagne « Child Abuse Cannot Be Pardoned », lancée il y a six mois, se poursuit dans le cadre de notre lutte dans le domaine des droits de l’enfant.

Nous faisons également partie de la campagne internationale conjointe des femmes de la région MENA et du monde entier, « La solidarité nous fait survivre », qui vise à la libération de tous les prisonniers politiques et en particulier des femmes prisonnières politiques.

Nous réalisons une grande partie de notre travail et de nos activités en coopération avec les femmes des régions du Kurdistan et de la Turquie. Jusqu’à présent, dans le cadre de ces campagnes, des marches et des déclarations ont été faites dans 68 villes et 45 comtés en Turquie et au Kurdistan du Nord. Nous avons accru notre engagement dans le travail sur les médias sociaux au cours de cette période par le biais de discussions en panel, d’ateliers, de webinaires et d’activités de hashtag.

Rapport envoyé par Tevgera Jinên Azad (TJA), MMF Kurdistan

Nous résiston pour vivre, nous marchon pour transformer!
Bulletin de Liaison – Juillet 2020