Le cycle de l’injustice, de l’exploitation et de l’oppression sera brisé.

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

En raison des politiques économiques néolibérales destructrices qui ont éliminé ce qui restait de l’économie libanaise après la fin de la guerre civile et ont créé une économie de rente improductive, reposant principalement sur les services sous la forme du secteur bancaire – avec l’approbation, la participation et l’utilisation de tous les partis politiques au pouvoir, même ceux qui se considèrent non concernés par l’économie – le Liban a atteint l’effondrement économique. La Banque mondiale le considère comme l’un des pires cas au monde, et c’est le pire de toute l’histoire de l’État libanais.

Il y a environ 10 mois, le soulèvement a commencé au Liban, déclarant non seulement un effondrement économique mais aussi un rejet du silence et de l’acquiescement. Pendant le soulèvement de l’Intifada, les revendications se sont multipliées, allant du changement des politiques économiques et de la forme de représentation politique aux lois injustes à l’égard des femmes. Parallèlement à la crise économique, et alors que l’autorité – représentée par des ministres et des représentants, des chefs de partis, des banquiers et le gouverneur de la Banque du Liban – refuse de changer les politiques économiques et de libérer les dépôts des citoyens dans les banques, la pandémie de Corona a mis en évidence l’absence d’infrastructures sanitaires et sociales. Au moment où la livre libanaise s’effondre de façon dramatique, l’État libanais interprète la réalité avec des analyses irréalistes et non scientifiques, ruminant ainsi de fausses conspirations, considérant les réfugiés comme la cause de la crise et accusant les gens de « stocker des dollars dans leurs maisons ».

De plus, l’État libanais continue à appliquer les mêmes politiques économiques, cause première de la crise. En effet, après la fin du verrouillage causé par le coronavirus, il a adopté des tactiques mcArtheist, faisant honte aux militantes, accusant tous ceux qui s’y opposent de soutenir le sionisme, et mettant les militantes politiques sous enquête sous prétexte de ternir l’image du Liban.

Au même moment, alors que le gouvernement actuel représentant les partis au pouvoir s’orientait vers des négociations avec le Fonds monétaire international pour ses réformes en matière de pillage, il n’a même pas fourni de dossiers et de chiffres correspondant à la situation actuelle, de telle sorte que chaque équipe a présenté des chiffres différents et contradictoires sur l’économie libanaise, ce qui a conduit le FMI à refuser de négocier avec un groupe qui ne sait même pas comment cacher ses mensonges.

Si l’échec des négociations avec le FMI semble être une victoire pour la classe ouvrière, les femmes et les marginaux, l’alternative est pire. Le pouvoir hégémonique s’accroche au modèle capitaliste néolibéral, ce qui signifie qu’il s’efforce de sacrifier les communautés privées de leurs droits afin de préserver ses acquis et ses bénéfices, ruminant des solutions magiques après des accords stupides, ne réussissant qu’à vendre des rêves à ses partisans.

La situation de la classe ouvrière s’est encore aggravée au point qu’aujourd’hui l’accès à la nourriture et au logement, sans parler de l’aide médicale et de l’éducation, est devenu quasi impossible. L’emprise sécuritaire actuelle joue également son rôle en intimidant les gens pour qu’ils ne descendent pas dans la rue. À travers toute cette folie, l’État glisse régulièrement et rapidement vers le totalitarisme.

L’une des caractéristiques du totalitarisme est la restriction des libertés individuelles, y compris le contrôle du corps et des mouvements des femmes. Il s’agit notamment de diffamer l’activisme politique des femmes, de lancer des attaques sur les corps des femmes sur les plages et de lier la « nudité » à la colère de Dieu et donc à l’effondrement économique et à la pandémie, et de rejeter nos revendications comme étant occidentales, secondaires et superflues en période de grands troubles économiques et politiques.

Cela a commencé pendant l’Intifada, lorsque les médias dominants ont diabolisé les femmes de l’Intifada en les présentant comme des prostituées et des « filles des rues ». Aujourd’hui, face à la diminution de la force du soulèvement face à l’horreur de la crise économique et de l’emprise sécuritaire, les partis religieux pourchassent les femmes sur le bord de mer et les rives des rivières dans le sud, font des randonnées dans les collines et tentent de produire un discours religieux qui menace les femmes, leur corps et leurs droits.

D’autre part, comme les femmes sont obligées de supporter le poids de la pandémie de Corona et de l’effondrement économique, les femmes réfugiées et les travailleuses migrantes portent un fardeau supplémentaire. Alors que les femmes palestiniennes et syriennes réfugiées au Liban ont été privées de leurs droits économiques fondamentaux pendant des années – en plus des nombreuses formes d’exploitation et de racisme dont elles souffrent – l’aide des institutions internationales a aujourd’hui été réduite et est devenue presque inexistante. Le Liban a également été témoin d’une grande injustice à l’égard des travailleuses migrantes, en particulier celles qui travaillent dans le domaine du travail domestique, car elles croupissent depuis des années dans les conditions inhumaines du système de la Kafala. Aujourd’hui, elles sont jetées à la rue en raison de l’absence d’opportunités d’emploi et de l’abandon par leurs employeurs sous le prétexte de la crise économique.

Il est naturel que l’hégémonie augmente son oppression et son assujettissement au peuple, et il est également naturel que de nouvelles communautés, des communautés qui n’ont jamais été opposées à cette autorité, rejoignent les rangs du soulèvement. Il est tout à fait naturel qu’à la lumière de tout cela, un jour viendra où le cycle de l’injustice, de l’exploitation et de l’oppression sera brisé.

Rapport de la MMF Liban

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !
Bulletin de Liaison – Juillet 2020