Le peuple palestinien face à la colonisation, l’occupation et la pandémie COVID-19

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

Les femmes palestiniennes sont confrontées à de nombreux défis dans leur vie quotidienne, ces défis sont représentés comme des obstacles mis en avant par la colonisation, les plans d’annexion et la pandémie COVID-19.

L’occupation israélienne poursuit ses politiques coloniales visant à abolir la cause palestinienne par une série de politiques comprenant des plans de nettoyage ethnique, en particulier à Jérusalem, des invasions et des arrestations quotidiennes, des violations militaires contre les Palestiniens, et le siège en cours de la bande de Gaza, des démolitions de maisons, la confiscation des terres et des ressources en eau, la diminution de la liberté dans tous les aspects de la vie des Palestiniens, et l’étouffement des organisations et associations palestiniennes pour qu’elles cessent leur action.

Arrestations, invasions nocturnes et exécutions délibérées

Plus de 4700 Palestiniens sont actuellement prisonniers dans les prisons israéliennes, dont plus de 360 font l’objet d’une détention administrative illégale. 42 femmes sont également prisonnières, dont 3 sont actuellement soumises à des interrogatoires inhumains dans le centre d’interrogatoire Russian Compound à Jérusalem, 2 femmes prisonnières sont isolées à la prison d’Al-Jalameh depuis plus d’un mois à ce jour, et 18 sont mères d’enfants mineurs. Pendant la durée de la pandémie COVID-19, 2300 Palestiniens ont été arrêtés, dont des femmes et des enfants.

Plus de 700 prisonniers palestiniens sont classés comme malades et ayant besoin d’une aide médicale. Leurs conditions de vie vont de problèmes de santé mineurs à des maladies terminales et chroniques, et ils ne reçoivent pas de soins médicaux adéquats, ce qui entraîne de nombreux décès à l’intérieur des prisons en raison de problèmes de santé non traités, le plus récent étant le décès de Sa’di Al-Gharabli, 75 ans, à la suite d’un cancer de la prostate non traité. Des nouvelles du diagnostic d’un prisonnier palestinien atteint de COVID-19 ont fait surface récemment, et il convient de mentionner que ledit prisonnier lutte également contre le cancer et a été en contact avec le virus lors d’une visite à l’hôpital. La nouvelle que COVID-19 a atteint des prisonniers palestiniens est inquiétante car les prisons sont surpeuplées, sans matériel de nettoyage adéquat ni soins médicaux.

L’armée israélienne effectue des invasions nocturnes semi-quotidiennes dans toutes les zones de Cisjordanie, ce qui implique des violations de domicile et des arrestations qui terrorisent généralement les familles, en particulier les enfants, qui sont présents dans les maisons car les invasions sont menées de manière très violente et tendue. En plus des affrontements pendant ces invasions où l’armée utilise des balles métalliques réelles et enrobées de caoutchouc ainsi que des gaz lacrymogènes toxiques et des bombes assourdissantes qui finissent généralement par blesser les Palestiniens à différents degrés.

Des exécutions délibérées sur le terrain sont également effectuées périodiquement sous prétexte d’une action violente de la part des Palestiniens. Cette affirmation est prouvée fausse en regardant les Palestiniens exécutés comme l’autiste de Jérusalem Iyad Al-Hallaq qui a été abattu sur le chemin de l’école avec son professeur sous la fausse prétention qu’il avait une arme en sa possession. Un autre cas est celui d’Ahmed Eriqat qui a été abattu dans sa voiture à un poste de contrôle israélien alors qu’il se rendait au mariage de sa sœur après avoir eu un accident de voiture que l’armée a qualifié d’attaque afin de lui tirer dessus mortellement.

Démolitions de maisons et confiscations de terres

Les démolitions de maisons sont une forme de violations systématiques que l’occupation pratique contre le peuple palestinien. En Cisjordanie et à Jérusalem, des familles sont soumises à des démolitions de maisons, ce qui les place dans une situation de sans-abrisme et d’expulsion. Au cours de la pandémie COVID-19, le nombre de démolitions a presque doublé, entraînant la dislocation de nombreuses familles, y compris des enfants et des femmes. Les Palestiniens, en particulier les habitants de Jérusalem, sont parfois contraints de démolir leur propre maison pour éviter les coûts extrêmement élevés qu’entraînerait la démolition par l’occupation. Ces démolitions perturbent les familles car elles doivent chercher un abri, ce qui les oblige soit à louer des maisons pour de grosses sommes d’argent, soit à retourner vivre dans des maisons de la famille élargie, soit à vivre dans des abris inadaptés comme des tentes ou des mobil-homes, ce qui est dangereux, surtout en cas de pandémie mondiale car aucune mesure sanitaire adéquate ne peut être prise, ce qui expose ces familles, en particulier les enfants et les personnes âgées, au contact du virus. Les femmes sont les plus touchées par cette situation, car elles sont les principales responsables des enfants et des affaires familiales et doivent faire face à des défis sociaux et économiques très difficiles.

Les actions de confiscation des terres se sont également poursuivies, d’autant plus que les plans d’annexion suggérés ont commencé à entrer en vigueur récemment. Ces plans impliquent la confiscation de 30 % des zones de Cisjordanie, en particulier des terres agricoles et des terres contenant des ressources naturelles dans la Vallée du Jourdain qui fournissent une grande partie des produits agricoles et des sources d’eau palestiniennes. Cela renforce les politiques du régime d’apartheid à l’égard des Palestiniens, qui représentent à leur tour un nettoyage ethnique et une souveraineté illégale.

Le blocus de Gaza

Le blocus de Gaza se poursuit, rendant la vie des Palestiniens pratiquement impossible, entravant toute possibilité de vie normale. Aujourd’hui, le taux de pauvreté à Gaza dépasse 50 % de la population, dont la plupart sont des femmes et des familles dirigées par des femmes. D’autre part, l’occupation impose un contrôle sur les ressources en eau, ce qui pousse les Gazaouis à consommer de l’eau polluée et à avoir un accès limité à l’eau dans leur vie quotidienne. Le siège entraîne l’augmentation du nombre de décès dans la bande de Gaza car l’accès et les services de santé sont très limités et les malades doivent se faire soigner en dehors de la bande de Gaza, ce qui nécessite des permis spéciaux de l’occupation qui ne sont généralement pas accordés, ce qui signifie que les Gazaouis sont également privés de leur liberté de mouvement.

Covid-19 et le peuple palestinien

La pandémie COVID-19 a mis en lumière le fait que l’occupation israélienne vise à exploiter l’état global actuel pour imposer davantage de pression sur le peuple palestinien par l’oppression et la négligence systématique ainsi que la discrimination contre les Palestiniens, en particulier à Jérusalem.

Jérusalem

La discrimination à Jérusalem a été soulignée de multiples façons, comme l’obstruction du travail du comité de la santé, notamment l’arrestation de 3 travailleurs pendant leur travail de stérilisation des quartiers. Alors que l’occupation a concentré ses efforts pour combattre le virus au sein de ses communautés, elle a pratiqué sa discrimination raciale habituelle à l’encontre des Palestiniens de Jérusalem, elle a délibérément retardé l’ouverture d’un centre de test COVID-19 dans une zone arabe, et a privé plus de 40 000 Palestiniens de leurs droits à la santé sous prétexte de résider en dehors des régions des municipalités. Les hôpitaux arabes ne sont pas non plus en mesure de recevoir un nombre suffisant de cas en raison du manque d’équipement médical nécessaire.

Camps de réfugiés

Des dizaines de milliers de Palestiniens vivent dans 17 camps de réfugiés autour de la Cisjordanie, dans des zones marginalisées à forte densité de population. En raison du sous-financement de le Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et de la diminution de ses capacités, ainsi que du déficit économique du gouvernement palestinien, les services et l’attention dirigés vers les camps de réfugiés sont presque inexistants. Il est très difficile de pratiquer la distanciation sociale et la quarantaine à domicile dans les camps, car il n’y a pas assez de places dans les camps de réfugiés en raison de la surpopulation des maisons, ce qui entraîne un taux élevé de contact avec les virus. Les Palestiniens des camps de réfugiés souffrent également des taux de pauvreté et de chômage les plus élevés, surtout pendant la pandémie, ce qui ajoute au fardeau financier de l’état de la pandémie dans les camps.

Travailleurs palestiniens

Plus de 50 000 employés du secteur privé ont perdu leurs revenus pendant la pandémie. L’économie a également subi un revers important et de nombreuses petites propriétés ont été fermées. Les plus touchées ont été les femmes, en particulier celles qui travaillent dans des secteurs non officiels.

Femmes

Les femmes palestiniennes, en particulier le mouvement féministe, remettent en question cette situation en s’efforçant de renforcer les communautés et les familles, notamment les familles dirigées par des femmes et les femmes qui travaillent à domicile. En plus de viser à limiter les effets sociaux, économiques et psychosociaux négatifs de la pandémie COVID-19 sur la société palestinienne, en particulier sur les femmes pauvres et les femmes de la classe ouvrière.

Le peuple palestinien fait face à tous les défis et menaces. Il est solidaire de ceux qui souffrent de la discrimination et de la colonisation. Nous appelons à la solidarité internationale contre le régime et les politiques coloniales sionistes, et à la fin de l’occupation. Nous réaffirmons l’importance de la solidarité féministe internationale face à l’impérialisme et au néolibéralisme.

Rapport de la MMF Palestine

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !
Bulletin de Liaison – Juillet 2020