Les femmes nourrissent le monde

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres
MMF BRASIL, PORTUGAL ET GALIZA PARTAGENT LEURS EXPÉRIENCES EN AGROÉCOLOGIE ET PARLENT DE LA FAÇON DONT LES FEMMES ET LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE PEUVENT CHANGER LE MONDE.

Le 15 mai 2020, des femmes de différents pays et continents, mais qui parlent des langues similaires – le galicien et le portugais – se sont réunies pour discuter de la souveraineté alimentaire. Lidia Fernandes, du Portugal; Maria Ferreiro, de Galice; et Miriam Nobre, du Brésil, ont parlé pendant près de deux heures d’une chose que nous tous qui participons à la Marche Mondiale des Femmes avons en commun, dans de nombreuses langues: la défense de la souveraineté alimentaire et l’agroécologie. Les coordinateurs de la Marche au Portugal et en Galice ont organisé la conversation pour contribuer à notre travail de tissage de réseaux et de parler du rôle des femmes et du féminisme dans la construction d’alternatives réelles et transformatrices.

En ce moment, des camarades de pays de tous les continents nous racontent comment la pandémie s’est aggravée et a rendu la violence du capitalisme contre la vie encore plus explicite, à commencer par l’un des droits les plus fondamentaux: l’accès à la nourriture. La faim menace des millions de personnes qui ont perdu leur emploi, ainsi que des travailleurs du secteur informel, qui sont empêchés de mener leurs activités en raison de mesures d’isolement social, de quarantaines et de confinement. Les marchés locaux où de nombreuses agricultrices vendent leurs produits ont été fermés. Les frontières ont également été fermées. Les céréales, les légumes, et les fruits sont rares et leurs prix sont en hausse. Et la perspective est qu’avec l’aggravation de la crise économique dans le monde, de plus en plus de personnes auront des difficultés à accéder à la nourriture.

Maria a parlé des principes de la Marche, tels que la lutte pour l’autonomie des femmes, pour les biens communs, pour l’organisation communautaire et aussi pour les services publics. « L’un des axes centraux est la violence contre les femmes, à la fois contre nos corps et contre nos territoires. Cette violence consiste souvent en l’usurpation de territoires et donc de l’histoire et de l’identité des femmes avec leur terre », a-t-elle déclaré. Elle a raconté comment le concept de souveraineté alimentaire s’est développé depuis 1996, dans le Forum Alternatif au Sommet de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), organisé par La Via Campesina, avec une forte contribution des femmes. «J’ai trouvé le point de vue de Maria intéressant, car j’ai organisé mon discours en pensant beaucoup à la manière dont nous, en tant que féministes, en alliance avec le mouvement paysan et environnemental, présentons notre vision. Et elle a organisé comment les femmes féministes et paysannes ont influencé le mouvement féministe, a soulevé des questions que nous avons laissées de côté parce que l’aliénation de notre corps implique également l’aliénation de ce que nous mangeons. Et combien ce processus d’alliance est important pour nous pour construire notre mouvement », a déclaré Miriam.

Une histoire féministe

Le principe de la souveraineté alimentaire est le droit des peuples à définir leurs propres politiques et stratégies durables de production, de distribution et de consommation alimentaires, qui garantissent le droit à l’alimentation pour l’ensemble de la population, basé sur la production familiale et communautaire, sur le respect de leurs propres cultures et diversité des modes de production, de commercialisation, de gestion des paysans; ainsi que la reconnaissance du rôle fondamental des femmes dans ce processus. Construire la souveraineté alimentaire est une forme de résistance car elle implique la possibilité d’organiser la vie d’une manière différente, de la question la plus fondamentale – quoi et comment on mange – au soutien des petits producteurs, en répartissant les tâches ménagères pour que les femmes ne soient pas les seules responsables, et la mise en place de politiques d’échange complémentaires entre les pays.

C’est notre alternative à l’agriculture industrielle promue par les grandes entreprises internationales, qui vendent des grains transgéniques, dépendantes des pesticides, et contribuent à créer des virus qui provoquent des épidémies et des pandémies. De nombreuses études font le lien entre le système agroalimentaire industriel et l’émergence de nouveaux virus qui passent de l’animal à l’homme. L’agriculture industrielle déboise, détruit les forêts pour les remplacer par des monocultures, provoque le déplacement de populations humaines et animales. Elle produit des céréales transgéniques pour nourrir les animaux, utilise des antibiotiques pour accélérer leur croissance et des vaccins qui modifient leur système immunitaire. Il crée des animaux en situation dégradante et des espaces très étroits, ce qui facilite la transmission des maladies. En outre, elle contribue à rendre les gens plus vulnérables aux maladies par la consommation d’aliments ultra-traités et d’aliments contenant des produits agrochimiques. Rien de tout cela ne se produit dans l’agriculture paysanne et agroécologique.

Les femmes nourrissent le monde. Maria a apporté des données de la FAO montrant qu’entre 70% et 75% de la nourriture que nous mangeons est produite par l’agriculture paysanne. Une grande partie de cette production est réalisée par des femmes, qui disposent de peu de terres et sont souvent expulsées de leur territoire. Les femmes jouent ce rôle tant par leur travail que par leurs connaissances. « Outre la contribution économique directe des paysans, il y a aussi toutes les connaissances impliquées dans cette production, car les femmes sont traditionnellement responsables de la sélection, assurant la diversité, l’échange et la conservation des semences. Si les femmes n’avaient pas poursuivi ce travail pendant des siècles, peut-être nous ne pourrions pas faire de l’agroécologie comme nous le faisons aujourd’hui », dit Miriam.

Villes et terrains

L’une des faiblesses du modèle d’agriculture industrielle, mise en évidence par la pandémie, est la dépendance à l’égard des chaînes de distribution des méga entreprises. Lidia a observé que l’activité de distribution alimentaire est à la base de l’une des plus grandes fortunes du Portugal, celle de la famille Jerónimo Martins. Pour des raisons fiscales, la société est basée aux Pays-Bas. Cependant, la publicité de l’entreprise dit qu’elle investit dans des produits nationaux et parie sur les petits producteurs – le soi-disant «maquillage vert». Lidia nous a dit qu’au Portugal, les politiques menées depuis les années 1990 ont stimulé la monoculture et le dépeuplement des zones rurales. Aujourd’hui, ce pays dépend des importations pour se nourrir. De plus, ses monocultures d’oliviers pour produire de l’huile d’olive, par exemple, au lieu de créer des emplois locaux, exploitent le travail d’immigrants temporaires, dans des conditions précaires et avec des bas salaires.

Cet exode des femmes vers les villes, observe Maria, n’est pas toujours un choix. Cela se passe avec des degrés divers de violence, de l’expulsion des femmes et de l’appropriation de leurs quelques terres à l’idée capitaliste que la campagne est « arriérée ». Le travail des agricultrices – les labregas, comme on dit en Galice – rendu invisible y contribue. L’arriération des campagnes n’est cependant pas une réalité: «Nous maintenons les communautés et notre souveraineté, en tant que producteurs. Nous voulons mettre fin à l’invisibilité qui nous est imposée parce que nous sommes des femmes de la campagne, parce que nous sommes des productrices, parce que nous nous soucions et aimons la terre, parce que nous sommes des femmes pasteurs, des femmes autochtones, des femmes de la mer. Ainsi, pour atteindre la souveraineté alimentaire, nous devons tisser des alliances avec les consommatrices, qui sont pour la plupart dans les zones urbaines et qui ont besoin d’une alimentation saine et de qualité. Nous considérons la nourriture comme un droit, une nourriture qui respecte la planète et tous les êtres vivants », a déclaré Maria.

La souveraineté alimentaire est aussi une forme de résistance au conservatisme qui cherche à enfermer les femmes chez elles et à les empêcher de devenir autonomes. Et la solidarité est aussi une forme de résistance. En cette période de pandémie, la société civile s’est organisée pour partager des paniers alimentaires. Contrairement au discours de la «charité», qui laisse les gens vulnérables aux visions réactionnaires et paternalistes, la solidarité féministe montre le pouvoir des femmes à s’organiser et à générer des changements.

Manger, c’est être solidaire

marché Flor de Luna, un projet d’économie solidaire créé par l’École Ecoféministe Benita Galeana A.C.

À Jalisco, au Mexique, le marché alternatif Flor de Luna, un projet d’économie solidaire créé par l’École Ecoféministe Benita Galeana A.C., est l’un des endroits où se produit cette résistance. Fondé il y a cinq ans par des femmes organisées en réseau, le marché vend des produits frais sans pesticides. << C’est la systématisation d’un long processus d’expériences, de connaissances et d’apprentissage collectif de groupes, organisations et coopératives de femmes à la recherche d’alternatives pour améliorer notre qualité de vie, celle de nos familles, de notre communauté, reliant les soins à la défense des la nature », dit le texte que nous ont envoyé les camarades du Mexique. Depuis avril, le marché tient le Mercredi Frais, pour éviter la fermeture totale ou partielle du marché et assurer le revenu des producteurs. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Nous résiston pour vivre, nous marchon pour transformer !
Bulletin de Liaison – Juillet 2020