La lutte contre les sociétés transnationales parcourt le monde

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

.

Le 24 avril a été une journée de lutte dans le cadre de notre 5e action internationale. Les femmes de la MMF de 32 pays et territoires se sont mobilisées dans 24h de solidarité féministe contre le pouvoir et l’impunité des sociétés transnationales. Toutes les activités réalisées le 24 avril sont sur cette carte – il y a des liens vers les débats, les publications, les actions, les rapports des séminaires en ligne. La dénonciation et la confrontation avec les transnationales continue comme thème de la clôture de la 5ème action internationale, le 17 octobre.

En discutant des activités des entreprises et de leur impact sur la vie des femmes, nous constatons que le pillage des ressources et l’exploitation des travailleuses, la destruction des droits et de la nature, l’influence du pouvoir des entreprises sur les gouvernements sont constants dans le monde entier. Et que notre mouvement international nous donne la force de le combattre. Prenons l’exemple des sociétés minières. Dans nos 24h de Solidarité Féministe, le 24 avril, MMF Turquie a organisé un webinaire avec des conférenciers invités dans la première ligne des luttes contre les entreprises transnationales de différentes régions du pays. Dans le webinaire, elles ont expliqué comment le fonctionnement des sociétés transnationales dans un pays a également un impact sur d’autres territoires. Et ont également présenté les violations commises par des sociétés transnationales qui exploitent des mines d’or dans les montagnes de Kaz, en Turquie.

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, des sociétés transnationales ont été invitées à explorer ces mines et ont reçu des avantages et des informations du gouvernement. Les concessions de recherche minière ont été vendues à des prix très bas à trois grandes sociétés minières aurifères, Alamos Gold, Cominco et Eldorado Gold. Elles ont créé des entreprises turques et des partenaires avec des noms turcs pour ressembler à des entreprises locales, mais en réalité, sont des transnationaux avec 100% de capitaux étrangers. Alamos Gold, canadienne, opère sous deux noms turcs en Turquie. La déforestation, les immenses puits vides, la crise climatique, la pollution de la nature ont suscité une réaction massive des populations et différentes formes de manifestation l’année dernière. Tous les samedis, les populations locales continuent leur protestation. Pendant la pandémie, ils utilisent les médias sociaux. La résistance dure depuis 275 jours, malgré de nombreuses formes d’oppression.

Les sœurs québécoises ont rejoint la chaîne de solidarité, dans le cadre des 24h de solidarité féministe, pour dénoncer le rôle des sociétés transnationales, notamment des sociétés minières canadiennes comme Alamos Gold, avec une vidéo sur l’exploitation minière. Les trois quarts des sociétés minières du monde sont basées au Canada et exploitent des méga-projets dans plus de 100 pays, quels que soient les frontières, les droits et l’environnement. La vidéo parle de la résistance des femmes et des communautés à l’extraction et de leur lutte pour la justice environnementale et sociale, pour la défense de la vie et des territoires, dans la solidarité internationaliste.

Il en va de même pour l’industrie textile. Dans leur webinaire, les sœurs turques ont rappelé que l’industrie du textile et de l’habillement au Bangladesh, où 90% des employés sont des femmes, est le résultat du changement climatique: après une série de catastrophes, d’inondations et de famine, les gouvernements occidentaux ont décidé de créer une industrie dans ce pays, au lieu de fournir de l’aide humanitaire. Les femmes en Turquie ont utilisé cet exemple pour réfléchir sur l’impact des sociétés transnationales sur la vie de nombreux territoires, dont la stratégie est de choisir des lieux de production où les coûts sont bas – au détriment des droits des travailleuses.

La pandémie a montré un autre aspect de ces stratégies «axées sur le marché». En 2020, au Bangladesh, sept ans après l’effondrement de la place Rana, les ouvriers du textile protestent contre les licenciements et le non-paiement des salaires car les commandes de vêtements ont chuté. Encore une fois, le coût revient aux travailleurs.

Nos compagnes au Pakistan ont décrivent, également lors d’un webinaire le 24 avril, la situation des femmes cueilleuses de coton, qui travaillent dans un climat rigoureux, avec un salaire minimum, s’exposant à différents pesticides pulvérisés sur le coton par les agriculteurs. Plusieurs transnationales, dont IKEA, sont des acheteurs de la matière première du coton pakistanais, mais elles s’acquittent rarement de leur responsabilité sociale d’entreprise dans ces cas. Les femmes exigent la responsabilité de tous les opérateurs de la chaîne d’approvisionnement du coton, des prestataires de services locaux aux fabricants du produit final.

L’industrie alimentaire en est un autre exemple. A Kabirwala, au Pakistan, l’usine Nestlé, en plus d’exploiter les ressources naturelles sans respecter les lois du travail du pays et de licencier des travailleurs avec l’arrivée de la pandémie, fait désormais du chantage aux femmes rurales en refusant de leur acheter du lait. Les paysanes concernés n’ont d’autre choix que de vendre le lait au prix le plus bas proposé par Nestlé.

Sur un autre continent, la marche d’Euzkal Herria a fait état de « la féminisation de la précarité dans les grands magasins et dans l’industrie textile en général, qui condamne les femmes à travailler dans des conditions précaires. Nous appelons également à faire prendre conscience du modèle productif des grandes marques de vêtements, qui abaissent leurs prix au détriment de la qualité de vie de millions de femmes ». Ils ont également évoqué deux sociétés transnationales basques, la banque BBVA et la société énergétique IBERDROLA, qui exercent leur pouvoir économique, social, politique et juridique en évitant les impôts, en expropriant des territoires, en exerçant des conditions de vie précaires, en finançant des sociétés d’armement et en s’impliquant dans des affaires de corruption. Ces formes d’action sont soutenues par une architecture juridique qui leur permet d’agir en toute impunité.

Lors de la réunion de la Journée de la libération africaine, nos compagnes africains ont rapporté comment la fermeture des mines et des industries en Afrique du Sud, les licenciements et le retour des travailleurs dans leurs foyers dans les pays voisins ont provoqué une augmentation de la violence domestique pendant la pandémie au Mozambique ou centres de quarantaine au Zimbabwe. En avril, les compagnes de Macronorte Peru ont rapporté que les entreprises avaient suspendu les contrats de travail pendant trois mois, sans rémunération. Au Brésil, le gouvernement génocidaire de Jair Bolsonaro propose des projets de loi pour rendre le travail encore plus précaire, permettant aux travailleuses d’être licenciées et réembauchées pour des salaires inférieurs – à l’heure actuelle, il y a plus de chômeurs que d’employés dans ce pays.

Les sociétés transnationales accumulent aujourd’hui plus de ressources que de nombreux pays. Le pouvoir des entreprises dispose de nombreux instruments pour mettre les États et leurs ressources au service du profit et non de la vie des gens, tels que les traités de commerce et d’investissement et les programmes d ‘«aide» qui endettent les États et conditionnent leurs politiques. «Nous résistons à la financiarisation et à la précarité de la vie, parions sur le renforcement de l’économie réelle. Nous marchons pour transformer les modèles d’organisation du travail en modes de production de la vie avec égalité, droits et dignité », nous disons dans le appel à la 5e action internationale. C’est ce que nous recherchons et c’est pourquoi nous affrontons le pouvoir des entreprises et les gouvernements qui ne défendent pas les intérêts des citoyens, mais ceux des sociétés transnationales.

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !
Bulletin de Liaison – Juillet 2020