L’autoritarisme s’attaque aux droits des femmes, à leurs corps, à leurs territoires.

World March of Women - Marche mondiale des femmes - Marcha Mundial de las Mujeres

L’autoritarisme néolibéral ne respecte pas la quarantaine. Et en période de pandémie, la répression des femmes qui résistent augmente. Les camarades de la Marche Mondiale des Femmes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Mena) nous envoient des nouvelles du Kurdistan, du Liban et de Palestine, territoires où l’autoritarisme, la militarisation et les crises économiques se sont intensifiés avant la propagation du coronavirus. Ils envoient également des nouvelles de la résistance.

Au Liban, les politiques néolibérales adoptées par les gouvernements depuis la fin de la guerre civile en 1990 ont entraîné l’effondrement de l’économie. L’année dernière, la population a organisé d’énormes manifestations contre le gouvernement, avec des revendications qui incluaient des changements dans la politique économique et l’abrogation des lois injustes contre les femmes. Depuis lors, les libertés individuelles ont été restreintes et la participation des femmes a été sanctionnée. Les médias traditionnels présentent les militantes comme des «femmes de la rue», des prostituées. Avec l’arrivée du coronavirus, le gouvernement a décrété un blocus. Après l’ouverture, il a commencé une persécution contre les femmes militantes, accusées de soutenir le sionisme et de ternir l’image du pays. Les participants aux fêtes religieuses harcèlent et menacent les femmes, leur corps, leurs droits – physiquement et par leurs discours.

« L’une des caractéristiques du totalitarisme est la restriction des libertés individuelles, y compris le contrôle du corps et des mouvements des femmes. Cela inclut la diffamation de l’activisme politique des femmes, le lancement d’attaques sur les corps des femmes sur les plages et le fait de lier la ‘nudité’ à la colère de Dieu et donc à l’effondrement économique et à la pandémie, et de rejeter nos demandes comme étant occidentales, secondaires et superflues en période de grande agitation économique et politique », écrivent nos compagnes de la MMF Liban.

Les femmes qui travaillent portent le plus grand fardeau de la pandémie et de l’effondrement économique causés par le coronavirus, sans accès à la nourriture, à un abri, à une assistance médicale et dans l’incapacité de s’exprimer en raison de l’oppression. Parmi eux, les réfugiés et les travailleuses migrants supportent des frais supplémentaires – notamment en travaillant dans le système « Kafala », où les femmes sont tenues en otage par leurs contractants, qui contrôlent leurs mouvements et conservent leurs documents. «Les réfugiées palestiniennes et syriennes au Liban ont été privées de leurs droits économiques fondamentaux pendant des années et ont été confrontées à de nombreuses formes d’exploitation et de racisme. Et pour le moment, l’aide des institutions internationales est quasi inexistante», écrivent nos compagnes.

Même les cliniques n’échappent pas à la démolition

En Palestine, les femmes sont confrontées à l’occupation de l’État d’Israël et travaillent à renforcer les communautés et les familles, en particulier celles dirigées par des femmes. Elles s’efforcent de limiter les effets sociaux, économiques et psychosociaux négatifs de la pandémie sur la société palestinienne, mais elles doivent quotidiennement surmonter les difficultés imposées par la colonisation, la confiscation de leurs terres, la destruction des postes de santé construits pour desservir le Covid-19. En outre, elles souffrent du racisme et de la violence de l’État sioniste. Aujourd’hui, il y a 4 700 Palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 42 femmes. Depuis le début de la pandémie, 2 300 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, ont été emprisonnés dans des prisons surpeuplées sans nettoyage ni soins médicaux appropriés.

« The Israeli occupation continues its colonial policies aiming to abolish the Palestinian cause through a series of policies including ethnic cleansing plans, specifically in Jerusalem, daily invasion and arrests, military violations against Palestinians, and the ongoing siege on the Gaza Strip, house demolitions, land and water resources confiscation, diminishing freedom in every aspect of Palestinian lives, and stifling Palestinian organizations and associations to stop their action », says the report sent by our comrades from WMW Palestina.

Les patrouilles, les agressions, les expulsions et les démolitions se poursuivent. Les personnes expulsées de leurs maisons doivent se réfugier avec d’autres membres de leur famille, payer un loyer élevé ou vivre dans des abris temporaires et dangereux en cas de pandémie. Les plans d’Israël impliquent la confiscation de 30% des Zones de Cisjordanie, en particulier les terres agricoles et les ressources naturelles de la vallée du Jourdain, qui fournissent des produits agricoles et de l’eau aux Palestiniens. « Cela élargit les politiques de nettoyage ethnique et de souveraineté illégale du régime d’apartheid », rapportent les compagnes.

Les élus et les organisations sociales attaqués

CAMPAGNE « LE MASSACRE DES FEMMES EST POLITIQUE », « OÙ EST GÜLISTAN DOKU », CONCERNANT LA DISPARITION DE L’ACTIVISTE KURDE GÜLISTAN DOKU IN DERSIM DEPUIS LE 5 JANVIER 2020.

«Avec des politiques de guerre qui n’ont pas été suspendues, même en période de pandémie, le gouvernement turc tente de dévaster la géographie du Kurdistan. Il a nommé ses propres représentants dans les municipalités, au mépris des élections populaires, et a révoqué le mandat des parlementaires, dans une tentative de confisquer le pouvoir de la volonté populaire dans son intégralité », écrivent les camarades du Kurdistan. Comme toutes les politiques anti-populaires, elle précède également la crise du Covid-19. Depuis la déclaration de l’état d’urgence en Turquie en 2016, le gouvernement a fermé des dizaines d’institutions et de centres de solidarité pour les femmes.

L’Association des Femmes Rosa, qui défend les droits et lutte contre la violence à l’égard des femmes, a ouvert ses portes à Amed (Diyarbakır) l’année dernière. Cependant, en juin, des militantes de l’Association ainsi que de Tevgera Jinên Azad (TJA) ont été arrêteés. Dix-huit femmes, dont la militante de la Marche Mondiale des Femmes Gülcihan Şimşek, ont été envoyées en prison. En juin, des participants au Congrès de la Société Démocratique ont été arrêtés, dont plusieurs femmes, parmi lesquelles Makbule Erbey et Havva Kıran, toutes deux âgées de 70 ans. La police est entrée par effraction chez la militante Rojbin Çetin et l’a soumise à des violences physiques et sexuelles et à la torture pendant trois heures et demie. Cette torture a été documentée par ses avocats avec des photographies et rendue publique.

Pendant ce temps, l’exploration en la production ne s’arrête pas. Au nom de la « stabilité économique », les centres de production ont continué à fonctionner sans aucune mesure contre la pandémie. Les femmes constituent la majorité de la main-d’œuvre et ont été contraintes de travailler dans les pires conditions ou de prendre un congé sans solde en faisant face à des menaces de licenciement.

La résistance ne s’arrête pas non plus. Les femmes de TJA mènent des campagnes telles que « La lutte des femmes est partout » pour mettre en évidence la lutte organisée des femmes dans les sphères politique, sociale, culturelle, écologique, sanitaire, éducative, juridique et gouvernementale locale contre les politiques sexistes, racistes et militaristes, et l’exploitation de la religion par l’État. Elles ont également mené plusieurs autres campagnes. L’un d’eux contre la nomination d’administrateurs municipaux par l’État, pour la défense d’un système démocratique et égalitaire fondé sur la perspective des femmes. Ont également mené les campagnes « Le massacre des femmes est politique » et « Où est Gülistan Doku », qui a disparu le 5 janvier 2020. Avec des femmes d’autres territoires de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), elles mènent la campagne « La solidarité nous garde en vie », pour la libération de tous les prisonniers politiques, en particulier les femmes politiques.

Nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer !
Bulletin de Liaison – Juillet 2020